•  

     

    Merci à Flipperine qui m'a donné l'envie de vous donner à relire mes mots d'antan...

     

     

     

      

     

     


    pour cet hymne de Django
    qui balance un rythme rare
    d'un ciel  prêt à la bagarre
    à vous filer le vertigo


    vous les parez de noms bizarres
    qui ont un air vaguement latin
    des sobriquets un peu barbares
    pour des reflets de satin


    boule de coton château puis colline
    dans un paysage immatériel
    formes et couleurs d'essence divine
    des poèmes dans le ciel


    merveilleux nuages
    qui font la pluie et le beau temps
    de la brume légère flottant sur les étangs
    au plus violent des orages







    du brouillard maléfique en fantômes flottants
    du céleste déluge à la plus douce averse
    image d’un  sourire ou flèche qui transperce
    nuages merveilleux voyageurs inconstants


    nous leur attribuons dans notre pauvre quête
    tant de maux en les montrant du doigt
    l'incident vient gâcher le soleil de la fête
    c’est au nuage qu’on le doit


    je m’en tiens pour ma part au tout petit nuage
    qui remplit mon esprit
    à la nuée sans prix
    m’emportant dans la paix vers la fin du voyage

     
     


     

     

    mes mots ne sont que mots ordinaires mais il y a dans mes nuages un demi-dieu qui m'attend (jm)
    allez l'écouter, pour moi ici
     
     
     
     
     
     

    8 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique