•  
     

     
     
    Le pauvre pion
      
    Le pauvre pion doux si sale m'a dit : j'ai
    bien mal aux yeux et le bras droit paralysé.

    Bien sûr que le pauvre diable n'a pas de mère
    pour le consoler doucement de sa misère.

    Il vit comme cela, pion dans une boîte,
    et passe parfois sur son front froid sa main moite.

    Avec ses bras il fait un coussin sur un banc
    et s'assoupit un peu comme un petit enfant.

      Mais au lieu de traversin bien blanc, sa vareuse
    se mêle à sa barbe dure, grise et crasseuse.

      Il économise pour se faire soigner.
    Il a des douleurs. C'est trop cher de se doucher.

      Alors il enveloppe dans un pauvre linge
    tout son pauvre corps misérable de grand singe.

      Le pauvre pion doux si sale m'a dit :
    j'ai
    bien mal aux yeux et le bras droit paralysé.



      

     
    Francis Jammes (1868-1938)

     
     
    PION, PiONNE, n. m. et n. f.  : Etymologie : lat. médiév. pedo, -onis, piéton, fantassin fam. Surveillant dans un collège, un lycée.

    je publie à nouveau ce poème de Francis Jammes en hommage à tous ceux qui ont dû faire ce boulot ingrat pour payer leurs études...
    et puis Marcel a écrit (et porté à l'écran) à ce sujet une pièce qui n'est pas vraiment une comédie... Merlusse (la morue)
      
    il n'y a plus aujourd'hui de "pion à vie"...


     

     

    L'histoire est simple et émouvante... comme tout ce qu'a fait Marcel Pagnol ...
    Un pion au visage déformé (on apprend à la fin que c'est une blessure de guerre) est malgré lui la terreur des enfants de l'école. Ceux-ci lui font des tours pendables. À la veille des vacances de Noël, tous les enseignants partent dans leurs familles, seuls restent au pensionnat Merlusse et les enfants sans famille, horrifiés à l'idée de passer les vacances avec le monstre. Celui-ci cependant prend sur ses économies pour leur faire secrètement quelques menus cadeaux et les enfants se rendent compte que c'est un homme au grand cœur et lui font en retour des cadeaux de valeur matérielle dérisoire, certes, mais qui sont autant de preuves d'amitié.
       
     
     
     
     
     
     
     
      pour d'autres morceaux choisis
    clc surle logo
     
     
     
     
     
     

    7 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique